Catherine Loiseau vous parle de Kerys : un univers steampunk

Chaque mois, un auteur d’Hydralune vous parle d’une de ses oeuvres.
Aujourd’hui, c’est Catherine Loiseau qui vous explique ses influences pour Kerys !

— Un univers steampunk

Alors que Ceux du mercure n’était encore qu’une vague idée, je travaillais sur un projet de fantasy assez sombre, à une période où les nouvelles venant de ma famille avaient plutôt tendance à être plutôt mauvaises qu’autre chose. Un jour, j’ai reçu un appel de ma mère qui m’annonçait encore une complication ; je me souviens avoir raccroché, avoir regardé mon écran et la scène que j’étais en train de corriger (une scène de torture assez brutale) et m’être dit : « bon, le prochain roman sera une comédie ».

À peu près à la même époque, j’ai commencé à écouter le groupe Abney Park et je suis tombée amoureuse de leur chanson Victorian Vigilante. J’ai commencé à coucher mes idées sur le papier et peu à peu, l’univers de Ceux du mercure a émergé.

Je voulais écrire une histoire steampunk, dans un univers qui m’était propre. L’Angleterre victorienne avait déjà été exploitée par beaucoup d’auteurs talentueux, j’avais envie d’autre chose, alors j’ai fait mes recherches.

Et pour en savoir plus sur cet article, c’est par ici.

Dracula, avis de lecture

Un avis de lecture de Catherine Loiseau. Souvenez-vous : « autant de têtes, autant d’avis »

J’ai décidé, il y a quelque temps, de refaire un peu ma culture de littérature classique. J’ai lu Dracula il y a une éternité (je devais avoir une douzaine d’années), du coup, j’ai décidé de me replonger dans ce roman.

J’avoue que je craignais un peu de m’ennuyer : l’histoire est très connue, vu qu’elle a été adaptée de nombreuses fois. J’avais donc peur de ne plus avoir aucune surprise à la lecture. Heureusement, il n’en a rien été.

Pour lire la suite de cet article, c’est par ici.