Jardin d’hiver, avis de lecture

Un avis de lecture de Iphégore Ossenoire. Souvenez-vous : « autant de têtes, autant d’avis ».

Me voilà à déambuler dans la bibliothèque d’une cité lacustre, à la recherche d’un pictogramme sur les tranches des livres : une soucoupe volante stylisée, symbole retenu pour les ouvrages de science-fiction. C’est ainsi que j’ai trébuché sur Jardin d’hiver, d’Olivier Paquet, publié par L’Atalante. Ce qui retient mon attention ? Le récit se déroule en Europe.

D’un côté, le Consortium avec ses robots qui miment la vie animale, tantôt dociles et affectueux, tantôt avec un canon qui sort de la gueule et tue leur opposant. De l’autre, la Coop, agglomérat de groupuscules qui ont modifié les plantes pour en faire des armes terribles.

Pour lire la suite de cet article, c’est par ici.

Alliances, avis de lecture

Un avis de lecture de Iphégore Ossenoire. Souvenez-vous : « autant de têtes, autant d’avis ».

Je l’avoue : je n’ai ouvert la bibliographie de Timothy Zahn qu’au moment d’écrire ces lignes. Je ne pensais pas qu’il comptait autant d’ouvrages à son actif, et ça démolit toute mon introduction. Bref, il est question du grand-papa du non moins grand amiral Thrawn, de son nom complet Mitth’raw’nuruodo. Entrons dans l’univers étendu de Star Wars.

L’univers étendu, ce sont toutes les œuvres dérivées, ici les romans, qui tournent autour de l’histoire des films, étendent et façonnent l’univers en essayant de garder une cohérence globale. C’est un peu comme un ensemble de fanfictions coordonnées par un éditeur et où, sauf en de rares occasions, il est interdit de nuire aux personnages principaux. Il y a du bon et du mauvais, et Timothy Zahn se classe dans les meilleurs.

Pour lire la suite de cet article, c’est par ici.

La société des Anges, avis de lecture

Un avis de lecture de Rachel Fleurotte. Souvenez-vous : « autant de têtes, autant d’avis ».

« Que feriez-vous si vous aviez le pouvoir de pourrir la vie d’un inconnu en toute discrétion ? C’est le service que propose la Société des Anges, une société secrète réservée à l’élite. »

Le pitch de cette série littéraire, découverte sur l’application Rocambole, m’a intriguée et donné envie d’en savoir plus. A peine avais-je commencé le premier épisode que j’ai été happée par l’histoire, et incapable de m’arrêter avant de terminer les quinze épisodes qui la composent.

Pour lire la suite de cet article, c’est par ici.

La maison aux épines, avis de lecture

Un avis de lecture de Catherine Loiseau. Souvenez-vous : « autant de têtes, autant d’avis ».

On change des romans, car cette fois-ci, c’est un avis sur un feuilleton paru sur la plateforme Rocambole.

Si vous ne savez pas ce que c’est, Rachel Fleurotte vous en a très bien parlé dans cet article.

Revenons à nos moutons, ou plutôt à nos épines.

On suit donc Audrey, mariée à un homme violent, qui s’enfuit de chez elle avec ses filles et trouve refuge dans une grande demeure que sa sœur gère en l’absence de la propriétaire.
Mais le répit est de courte durée, car très bientôt, des phénomènes étranges se mettent à survenir.

Pour lire la suite de cet article, c’est par ici.

Les Lames du Cardinal, avis de lecture

Un avis de lecture d’Andréa Deslacs. Souvenez-vous : « autant de têtes, autant d’avis ».

Nous sommes donc dans une version uchronique de l’époque de Richelieu et du roi Louis XIII. Les dragons ont existé sur Terre, mais à part leurs descendants croisés avec les humains, ils n’existent plus de nos jours. En revanche, leur influence est très grande à la cour d’Espagne. Et la France est le seul pays qui n’a pas encore une loge draconique. Cependant si le cardinal a rappelé ses Lames depuis le fiasco à La Rochelle, pour quelle soudaine mission ?

Il s’agit d’un récit de cape et d’épée, très rythmé, avec plusieurs histoires qui se croisent pour se rejoindre aux ¾ du tome. On compte une douzaine de personnages principaux, avec leur passé, leur complexité, leurs mensonges, leurs objectifs, leurs non-dits. Le charmeur, la femme forte, le chef fédérateur jadis et bien silencieux actuellement, le preux, le mercenaire, le protecteur, l’ambitieux.

Pour lire la suite de cet article, c’est par ici.

The Cipher, avis de lecture

Un avis de lecture d’Iphégore Ossenoire. Souvenez-vous : « autant de têtes, autant d’avis ».

Ah ! Fermer les yeux et retrouver les accents anglo-saxons. Ne plus avoir besoin de cet écran qui nous irradie toute la journée pour le travail. Juste souffler, se laisser emporter quand on est contraint à rester dans son appartement. Ainsi s’est glissé The Cipher dans mon programme. Il ne s’agit pas du livre ni du film à paraître, mais d’une œuvre originale commandée par BBC Sounds à Goldhawk Production, un studio qui a raflé plusieurs récompenses pour son travail. Scénarisé par Brett Neichin et Janina Matthewson, il puise dans de nombreux faits divers, anciens et très récents, pour concocter un thriller de science-fiction.

Pour lire la suite de cet article, c’est par ici.

Les carnets des Hydres

Aujourd’hui nous lançons une nouvelle rubrique du site, les carnets des Hydres ! Vous y retrouverez des conseils d’écriture, des avis sur les logiciels d’aide aux auteurs ainsi que des réflexions sur le quotidien d’écrivain.

Pour étrenner cette rubrique, c’est Rachel Fleurotte qui se lance avec un article sur l’application Rocambole.

Bonne lecture !

Nouvelle édition du cycle Kerys

Nous sommes heureux de vous proposer la deuxième édition du cycle Kerys avec ses nouvelles couvertures et maquettes !

Pour rappel, Kerys est une trilogie steampunk, à l’ambiance inspirée de la Belle Époque, avec ses élégantes dames, son architecture raffinée, sa capitale qui ne semble vivre que pour la fête.
Mais ces brillantes lumières ne sauraient cacher les Abominations qui rodent, et que Lovecraft lui-même n’aurait pas reniées : Amorphes, Bêtes, Pantins, Masques, Ombres, Tentaculaires et Indicibles… Autant de menaces que les humains doivent affronter.

N’hésitez pas à découvrir ce cycle haut en couleurs !

Gastronomie du futur, d’ici, d’ailleurs et d’autre part, avis de lecture

Un avis de lecture de Stéphane Lesaffre. Souvenez-vous : « autant de têtes, autant d’avis ».

C’est un scandale. En 2020, l’année où l’on n’a quasiment pas eu l’occasion d’aller au restaurant, Arkuiris nous propose un ouvrage sur la gastronomie, plein de saveurs exquises, de critiques gastronomiques et de recettes inédites. De quoi nous faire regretter encore davantage les bonnes auberges où l’on avait nos habitudes et désespérer d’y retourner. Quelle faute de goût !

D’accord, cette entrée en matière n’avait guère d’intérêt. Mais par ce côté léger et moqueur, je voulais poser le ton général du livre. En effet, la manière de traiter le thème était ici avant tout de nous divertir. Souvent, les anthologies Arkuiris traitent de sujets graves et très actuels, nous amènent à réfléchir sur des problématiques de société. Ici… bien sûr, certains textes aborderont des sujets tels que la pénurie alimentaire ou l’extinction animale, mais dans l’ensemble, on est avant tout là pour passer un bon moment et apprécier les textes en fin gourmet. A ce sujet, l’avant-propos de Pierre Gévart, toute de truculence et de bons mots, pose le ton, de même que la très efficace couverture de Caza.

Pour lire la suite de cet article, c’est par ici.

La porte des Enfers, avis de lecture

Un avis de lecture d’Audrey Aragnou. Souvenez-vous : « autant de têtes, autant d’avis ».

A Naples, Filippo Scalfaro n’a plus peur. Il est en effet revenu des Enfers et s’apprête à enfin accomplir sa vengeance.

Et de récit à la première personne du singulier, la bascule s’effectue à la 3ème personne, à l’époque où enfant, il cavalait derrière son père. Tout commence par la mort de Filippo, que Matteo, son père n’a pas pu empêcher. Le garçonnet a été assassiné sauvagement en 1980.
Le texte alterne entre passé et présent où le revenant prend la parole pour dérouler l’étrange chronologie des faits qui ont amené à sa résurrection et à sa vengeance.

Pour lire la suite de cet article, c’est par ici.

Les larmes d’Ipacheta, avis de lecture

Un avis de lecture d’Andréa Deslacs. Souvenez-vous : « autant de têtes, autant d’avis ».


Quatrième de couverture :
Née sous une pluie sanglante, les larmes d’Ipacheta, la princesse Setun est vouée à une destinée hors du commun. Son père, le grand prêtre de la cité-pyramide Atasuyo, en est certain : son sacrifice mettra fin à la terrible malédiction qui s’abat sur le pays. Mais, guidée par une irrésistible soif de liberté et la certitude que son destin doit s’accomplir autrement, Setun s’enfuit à travers la jungle en compagnie de son fidèle loup blanc, d’un mystérieux petit garçon muet et d’une tayra dotée de la parole. Les larmes d’Ipacheta est un roman fantasy où civilisation précolombienne, animaux extraordinaires, nymphes, esprits et divinités se mêlent… et ne sont pas que des légendes.

Les récits francophones qui se déroulent en pays Maya ne sont pas nombreux. Celui écrit par Aurélie Genêt mêle à la fois une grande part de recherches sur les cultures précolombiennes, la faune et la flore (comme la tayra, petit animal) et de l’autre des éléments totalement imaginaires (comme le loup abricole, le fait que la tayra parle comme une grande sage, ou la légende des Larmes d’Ipacheta).

Pour lire la suite de cet article, c’est par ici.

Sortie de La Danse de l’acier (papier), de Julie Limoges

La version papier du tome 3 du Soleil des hommes, La Danse de l’acier, est maintenant disponible dans notre boutique !
Vous pouvez découvrir la série sur la page catalogue du Soleil des hommes.


Voici la quatrième de couverture de ce tome :

Les Porteurs de guerre sont là.

L’invasion multine se poursuit et rien ne semble pouvoir l’arrêter. Elle menace maintenant de fondre sur Atorn, la capitale des Régions.

Bien inconscient de ce danger, Akhyla se remet difficilement de ses blessures à Vach-Tyrel. Lui et ses compagnons cherchent déjà à fausser compagnie à ces Porteurs bien trop encombrants.

Enki, de retour à Arham les mains vides, redoute de subir réunions et humiliations, d’autant qu’on annonce la venue de celui qu’il doit appeler, à regret, maître. Toujours à jongler entre l’urgence de la situation et la mission de son Ordre,

Aedan doit maintenant composer avec ses hôtes récalcitrants. Et voilà qu’il se retrouve en plus propulsé, lui et ses alliés de circonstance, sous le feu des projecteurs.

Cependant, alors que tous attendent de croiser le fer devant Atorn, c’est une dangereuse danse diplomatique qui se met en place. Jetés sur un échiquier mortel, tous devront sortir le meilleur de leur jeu. Car si l’acier est le symbole de la cité, dans son ventre pourrait se trouver bien plus qu’une passe d’armes décisive.

Bonne lecture à vous !

Sortie de La Danse de l’acier (num), de Julie Limoges

Nous avons le plaisir d’annoncer la sortie du tome 3 du Soleil des hommes, La Danse de l’acier. Il est disponible en versions numérique dans notre boutique ! La version papier arrivera plus tard dans le mois, la chaine d’impression étant durement perturbée et les retards se multipliant.
Vous pouvez découvrir la série sur la page catalogue du Soleil des hommes.


Voici la quatrième de couverture de ce tome :

Les Porteurs de guerre sont là.

L’invasion multine se poursuit et rien ne semble pouvoir l’arrêter. Elle menace maintenant de fondre sur Atorn, la capitale des Régions.

Bien inconscient de ce danger, Akhyla se remet difficilement de ses blessures à Vach-Tyrel. Lui et ses compagnons cherchent déjà à fausser compagnie à ces Porteurs bien trop encombrants.

Enki, de retour à Arham les mains vides, redoute de subir réunions et humiliations, d’autant qu’on annonce la venue de celui qu’il doit appeler, à regret, maître. Toujours à jongler entre l’urgence de la situation et la mission de son Ordre,

Aedan doit maintenant composer avec ses hôtes récalcitrants. Et voilà qu’il se retrouve en plus propulsé, lui et ses alliés de circonstance, sous le feu des projecteurs.

Cependant, alors que tous attendent de croiser le fer devant Atorn, c’est une dangereuse danse diplomatique qui se met en place. Jetés sur un échiquier mortel, tous devront sortir le meilleur de leur jeu. Car si l’acier est le symbole de la cité, dans son ventre pourrait se trouver bien plus qu’une passe d’armes décisive.

Bonne lecture à vous !

Sortie de Dans les coulisses de la Tédesplen, de Catherine Loiseau

Nous sommes heureux de vous proposer le livret bonus de la trilogie La Ligue des ténèbres, Dans les coulisses de la Tédesplen. Il est disponible en versions papier et numérique dans notre boutique.
Vous pouvez découvrir ce bonus et la série de romans qu’il accompagne sur sur la page catalogue de la Ligue des ténèbres.


Voici la présentation de ce bonus :

Vous connaissez les pensées de Sam, mais qu’en est-il de ses compagnons? Comment ont-ils vécu les aventures de la Ligue?

Pourquoi le professeur Nutter court-il après le lapin blanc ? Comment Thomas a-t-il conçu le plan qui allait libérer sa sœur d’Eudaimonia ? Quel est l’art de la diversion de Ginger ? Les réponses à ces questions se trouvent dans les coulisses de la Tédesplen !

Découvrez pour chaque épisode une couverture, une aventure bonus du point de vue de Ginger, Tom ou du professeur, ainsi que quelques anecdotes sur la création des illustrations.

Bonne lecture à vous !

L’Empire des Chimères, avis de lecture

Un avis de lecture d’Andréa Deslacs. Souvenez-vous : « autant de têtes, autant d’avis ».

Quatrième de couverture :
Le culte de Mithra se propage dans les légions romaines des Alpes. Le vétéran Decimus Valerius n’a d’autre choix que de s’y initier et d’en apprendre les mystères pour devenir, un jour, centurion.
La nuit, Briana, fille cadette du proconsul de Rhétie, observe d’étranges étoiles qui filent vers le Mons Caeli. À force de ténacité et de persuasion, elle parvient à obtenir l’autorisation de s’y rendre sous l’escorte de Decimus. Les ordres donnés à ce dernier sont clairs : la jeune femme ne doit jamais atteindre son objectif.
Gurnt est rejeté par les jeunes guerriers de son village qui n’acceptent pas son étrange apparence féline. Il lutte contre une violence sourde qui lui ronge le cœur, fait bouillir son sang, enchaîne son âme et obscurcit son avenir…
Alors que le Mons Caeli paraît être le point d’orgue de toutes les ambitions et de tous les secrets, se pourrait-il qu’il en soit aussi l’origine ?

A titre personnel, j’ai été doublement curieuse de découvrir ce récit. Tout d’abord parce que j’ai toujours aimé la fantasy antique. Et ensuite, pour ce thème des chimères, car c’est un thème que j’aime aussi aborder en plus d’encadrer l’anthologie d’Arkuiris sur le thème « clones et chimères ».

Pour lire la suite de cet article, c’est par ici.

Sortie de La ligue des ténèbres Intégrale, de Catherine Loiseau

Nous sommes fiers d’annoncer la sortie des trois tomes de la trilogie La Ligue des ténèbres dans notre collection Roman. Ils sont disponibles en versions papier et numérique dans notre boutique.
Vous pouvez découvrir cette trilogie sur la page catalogue de la Ligue des ténèbres.
Voici une présentation du cycle :

La Ligue des ténèbres a vu le jour dans le Londres des années 1880. Elle est composée de quatre personnes : Edmund Nutter, inventeur ; lady Astley, arnaqueuse ; Thomas Wiseman, voleur à la petite semaine et Samantha Wiseman, la caution santé mentale du groupe. Grâce à leur machine à voyager entre les mondes, ils transitent d’univers en univers. Leur but : conquérir l’un de ces mondes !

Bon voyage avec ces étranges mais attachants aventuriers, et surtout bonne lecture !

La Chasse fantôme, avis de lecture

Un avis d’Andréa Deslacs, Catherine Loiseau et Rachel Fleurotte. Souvenez-vous : « autant de têtes, autant d’avis ».

Chez Hydralune, on aime beaucoup Hermine Lefebvre, qu’on connait depuis des années. Correctrice impitoyable, c’est une amie des Hydres à qui nous devons beaucoup.

Mais Hermine Lefebvre est aussi une autrice de talent. On aime sa plume et ses univers, et aujourd’hui, nous vous proposons une chronique à trois têtes pour vous convaincre de lire « La Chasse fantôme », son premier roman paru chez Scrinéo.

Pour lire la suite de cet article, c’est par ici.

Sortie des Mystères de Joux et de La Foire de Vesoul, de Rachel Fleurotte

Nous sommes heureux d’annoncer que Les Mystères de Joux et La Foire de Vesoul, premier et deuxième tomes des Uchroniques Comtoises, sont enfin disponibles en versions papier et numérique dans notre boutique.
Vous pouvez découvrir ces deux romans sur la page catalogue des Uchroniques Comtoises.
Voici la quatrième de couverture du premier tome :

1903
Besançon est devenue la capitale de la technologie française. Elle abrite au cœur de la Citadelle qui domine la ville, sous la protection de l’armée, un des instituts de recherche les plus avancés du pays.
Victorien, le fils du directeur, y travaille depuis trois ans comme ingénieur. Il a bercé toute son enfance dans les légendes de la région et rêve de mener à bien la construction d’une machine volante pour partir à la recherche de celle qui hante ses rêves, la mystérieuse Dame Verte.
L’occasion lui est bientôt offerte de donner vie à son projet, mais de la Citadelle de Besançon à la forteresse de Joux où vont le conduire les événements, le chemin va se révéler plein d’embûches.


Bonne découverte, bon voyage en Franche-Comté et, surtout, bonne lecture !

Sortie de Le Seigneur sans royaume, d’Audrey Aragnou

Nous avons le plaisir de vous annoncer la sortie du premier tome de la série Les Chroniques de Grandhay, Le Seigneur sans royaume, d’Audrey Aragnou. Il est disponible en versions papier et numérique dans notre boutique.

Voici la quatrième de couverture de ce premier tome :

Deux univers s’affrontent. D’un côté, la Terre, sombre. De l’autre, l’Empire de Garandhay et ses soleils jumeaux.

Fabrice, écrivain, devient malgré lui l’un des personnages du roman qu’il a initié pendant son adolescence. Attiré par le Maître des Glaces, qui a besoin de lui pour dominer l’Empire, préférera-t-il seconder le Fou, seigneur sans royaume, en quête d’une tour qui devrait lui donner de grands pouvoirs ?

Houspillé par un pingouin destructeur et amoral, conseillé par un chat fantasque et malicieux, il est l’heure pour Fabrice de passer d’un univers à l’autre. Car chacun doit prendre position dans cette guerre.

Il sera également question de chrysanthèmes qu’on doit protéger, d’engagements qu’il faut tenir et de la météo des plages.

Pour partir à l’aventure en compagnie de Fabrice, préparez votre sac à dos et choisissez bien votre pyjama, car ce que l’on porte la nuit est notre premier acte de résistance quand les ténèbres se répandent sur le monde.

Bonne lecture !

La soudaine apparition de Hope Arden, avis de lecture

Un avis de lecture d’Iphégore Ossenoire. Souvenez-vous : « autant de têtes, autant d’avis ».

Eh bien, eh bien ! Première chronique de l’année en août… À croire que le temps a filé ! Je n’ai pas eu de trêve liée au confinement, bien au contraire, mais me voilà au bout des quelque quatorze heures de lecture de la Soudaine apparition de Hope Arden, un roman de Claire North, traduit de l’anglais par Isabelle Troin et lu par Manon Jomain.

L’éditeur Hardigan a glissé ce livre audio dans ma besace lors de l’opération #confinementlecture, portée par plusieurs éditeurs qui offraient des livres numériques chaque jour. C’était une bonne idée de leur part, et j’espère que la prochaine qu’ils auront, ce sera d’indiquer le nom de l’acteur qui lit les livres sur la page de leur site. D’une manière générale, j’aime bien savoir qui traduit et qui lit, et j’aimerais aussi avoir dans le livre qui corrige, un peu à la manière des génériques de film. Qu’on cesse de croire au mythe de l’auteur isolé.

Pour lire la suite de cet article, c’est par ici.

Une nouvelle tête a poussé !

Nous sommes très heureux d’annoncer qu’une nouvelle hydre est née !

Venez rencontrer Rachel Fleurotte, correctrice de la revue Etherval et, surtout, auteur accomplie comme vous pourrez le constater en découvrant sa page de présentation. Sa série, Les Uchroniques Comtoises, rejoindra bientôt le catalogue Hydralune, avec une sortie prévue pour le tome 2 à l’automne.

De nouveaux ouvrages et de nouvelles séries pointent le bout de leur nez pour cette fin d’année. Les Hydres sont en villégiature, mais elles ne sont jamais loin de leur plume !

Bon été,
L’équipe Hydralune

Les Hydres évoluent !

L’été amène bien des nouveautés, dont celle du changement de statut d’Hydralune qui devient une association ! Elle mènera toujours ses actions d’aide à l’écriture, à l’édition et à la diffusion de ses auteurs, mais avec une structure et des ressources renforcées.

N’hésitez pas à découvrir les ouvrages déjà parus dans notre catalogue et à nous retrouver sur les salons de l’automne ! Des nouveautés pointent le bout de leur nez pour la fin de cette année 🙂

L’équipe Hydralune

La mort ou la gloire, avis de lecture

Un avis de lecture de AF Lune. Souvenez-vous : « autant de têtes, autant d’avis »

L’été ! Cette période est pour moi, synonyme de chaleur, concert et lecture de Fantasy. Bon c’est aussi plage, farniente, Corona (la bière, pas la maladie…), mais je m’égare. En vacances au sein de la forêt des Landes, quoi de plus de normal que d’aller faire un tour dans le cœur du Wyld. Si vous prenez la brochure de voyage se rapportant à cette région, vous trouverez ces quelques lignes : venez découvrir le Wyld, sa forêt inextricable, ses créatures mortelles, ses cannibales, ses maladies incurables. Intéressés, alors suivez-moi, pour une aventure rock-ambolèsque !

Pour lire la suite de cet article, c’est par ici.

Salina, les trois exils, avis de lecture

Un avis de lecture de Audrey Aragnou. Souvenez-vous : « autant de têtes, autant d’avis »

Laurent Gaudé écrit des récits inclassables aux allures intemporelles, où les frontières se dissipent également, à la limite du conte fantastique par l’ambiance étrange qui y règne. J’ai retrouvé dans ce roman ce qui m’avait touchée dans la Mort du roi Tsongor, qu’il avait rédigé quelques années plus tôt. C’est un roman d’amour filial, de vengeance et de mort.

Racontée par Malaka, le fils de Salina, l’histoire se déroule dans une Afrique qui ne sera jamais nommée en tant que telle. Il cherche un tombeau pour sa mère qui vient de décéder et traverse des contrées ensablées et lointaines jusqu’à parvenir à une ville où il rencontre Darzagar. Ce vieil homme qu’on prend d’abord pour un mendiant est en réalité un passeur qui attend depuis des années la venue d’un étranger qu’il devra aider et Malaka semble être cet homme. La mission de Darzagar est de transporter les morts en barque à l’île du cimetière. Il faut raconter l’histoire du défunt et la nécropole, dotée de sa volonté propre, ouvre ses portes si elle décide d’accepter le mort en fonction de la qualité du récit.

Pour lire la suite de cet article, c’est par ici.