Mise en avant
  • Les Autres de Darkwood, tome 2 : Six plus Six plus Un - Disponible en versions numérique et papier.

Bienvenue chez Hydralune, la Fabrique à Chimères

cropped-hydralune_logo_miyu.png

Notre collectif d’écrivains vous propose de découvrir les œuvres de science-fiction, fantasy, fantastique que nous soutenons. 
Que cela soit celles issues de nos plumes et proposées dans nos collections (section romans et boutique), ou celles d’autres auteurs dont nous avons apprécié les univers (section lecture d’auteurs).

Esoterre saison 1, avis de lecture

Un avis de lecture de Catherine Loiseau. Souvenez-vous : « autant de têtes, autant d’avis »

Résumé

Arcames, petit village pittoresque et sans histoire… ou creuset d’une secte apocalyptique préparant l’indicible ? Ici, l’on se tait, et l’étranger est suspect. Et pourtant, ce qui aurait dû rester une bourgade anonyme semble exercer un étrange magnétisme. Pour quelle raison un photographe taciturne en explore-t-il les ruelles ? Qu’ont donc à y faire deux enquêteurs de la Police Judiciaire et pourquoi ont-ils fui Paris ?

L’horreur qui rampe dans les profondeurs d’Arcames va fissurer leurs certitudes et bouleverser leurs vies.

Mon avis

Je suis tombée un peu par hasard sur le premier épisode de la saison, l’ambiance lovecraftienne, adaptée en France, m’a intriguée et j’ai poursuivi ma lecture de cette première saison.

Pour lire la suite de cet article, c’est par ici.

Transmutation, avis de lecture

Un avis de lecture d’Andréa Deslacs. Souvenez-vous :  « autant de têtes, autant d’avis ». 

Depuis quelques temps, je m’intéresse beaucoup aux livres audio, mais fidèle à mes goûts, j’étais en recherche d’un texte de SFFF. Or, ayant eu le plaisir de travailler avec Emmanuelle Lemée dans le cadre de Heaven Forest, j’avais hâte de réentendre sa voix, car j’aime beaucoup son timbre et son phrasé. J’ai donc pu avoir l’occasion d’écouter « H+, tome 1 : Transmutation », écrit par une auteure du Sud Est : Celia Ibanez.

Il s’agit d’un récit de science-fiction. Il se déroule sur une autre planète, dans une société divisée, avec d’un côté des miséreux chassant pour survivre, travaillant dans des mines, et mourant jeune ; et de l’autre une société moderne, technologique, du paraître et du pouvoir. On suit Venus Garcia, une jeune fille qui usurpe l’identité de sa mère pour remporter un concours d’écriture, ce qui lui permet d’accéder à la récompense suprême : acquérir des modifications corporelles jusqu’à devenir pratiquement un être virtuel.

Et pour en savoir plus sur cet article, c’est par ici.

Six plus Six plus Un, de Andréa Deslacs

Nous sommes heureux de vous annoncer la sortie du deuxième tome de la série Les Autres de Darkwood, Six plus Six plus Un, de Andréa Deslacs. Il est disponible en versions papier et numérique dans notre boutique.

Voici la quatrième de couverture de ce deuxième tome :

Le Thésaurus de Heaven Forest proclame, dans ses pages, l’affrontement immémorial des six Anges des brouillons contre les six Saints des humains, pour le contrôle des portes entre les mondes. Après vingt années de pause, le conflit a repris en Heaven Forest, avec d’anciens et de nouveaux protagonistes. Des alliances se nouent ; les dissensions deviennent plus fortes que jamais. Chaque camp compte les siens, mais seront-ils tous présents au moment clef de lever sa lance ou d’étendre ses ailes ?

Si la population vit dans l’ignorance bienheureuse de leur histoire écrite par les anciens vainqueurs, les actions des différents clans ne passent pas inaperçues. L’équipe de l’inspecteur Overlake perçoit certaines vérités, sous le voile de mensonges qui couvre la ville, et n’entend pas de rester inactive. De simples mortels peuvent-ils faire trembler des êtres maîtrisant la foudre ?

Quant au Magister, si l’ombre de la mort pèse toujours sur ses épaules, il se souvient des actions de son prédécesseur pour éviter le drame lors de la dernière guerre. Dans les circonstances actuelles, le Cerf aura-t-il assez de pouvoir pour affronter les forces en présence ?

Bonne lecture !

Sortie de Celles dont le nom fait frémir, de Catherine Loiseau

Nous avons le plaisir de vous annoncer la sortie du troisième et dernier tome de la série Kerys, Celles dont le nom fait frémir, de Catherine Loiseau. Il est disponible en versions papier et numérique dans notre boutique.

Voici la quatrième de couverture de ce troisième tome :

Branle-bas de combat à Sainte-Victoire : les Dévoreuses arrivent !

Les mercuriens et leurs nouveaux alliés doivent faire face à la plus grande menace qu’ils aient jamais affrontée et le sort semble se liguer contre eux. Déjà attaqués dans l’ombre par les individualistes de Maréchal et les Indicibles menés par Orchua, voilà qu’un général ambitieux tente de profiter de la situation pour prendre le contrôle des brigades et que la flotte austrénienne attaque.

La plus importante bataille des mercuriens s’annonce bel et bien serrée !

Bonne lecture !

Les oubliés d’Ushtâr, avis de lecture

Un avis de lecture d’Anna Combelles, amie des Hydres

Ushtâr, planète-océan des confins. Lorsque, après une guerre aussi brève qu’inégale, le Gouvernement tombe aux mains du régime autoritaire et ultra-patriarcal d’Albâr, Gul-Yan n’a d’autre choix que de fuir avec les autres Infants. Objectif : sauver la Gemme de Vie, dépositaire de la mémoire de son peuple. Mais cette évacuation ne se déroule pas comme prévu… Dans les méandres d’une cité à moitié engloutie, la traque commence. Or, rien n’arrête les Nadjams, ces soldats programmés pour tuer. Rien, sauf peut-être l’Arme-Vie. Mais celle-ci n’est-elle pas une simple légende ?

L’HISTOIRE

On y parle de planète, de races, de croyance, d’espoir, aussi. Un peu de vaisseaux, de politique, de religion…

MON AVIS

J’ai ce livre depuis sa sortie, car je connais l’autrice et je tente, dans la mesure du possible d’acheter les livres de mes amis auteurs.
Aussi, lorsque j’ai composé la liste des lectures du challenge imaginaire 20189, j’avais un livre pour la lettre Q, ce qui est grandement appréciable et m’a évité des heures de recherches.

Et pour en savoir plus sur cet article, c’est par ici.

Les mystères de Joux, avis de lecture

Un avis de lecture d’Andréa Deslacs. Souvenez-vous :  « autant de têtes, autant d’avis ». 

Au début du XIXe siècle, Victorien est un jeune homme de la ville, mais qui est attaché aux légendes comtoises, surtout qu’au cours de vacances dans son enfance, il pense avoir vu une vouivre. Désormais ingénieur dans le prestigieux institut de Besançon, il espère pouvoir construire un véhicule aérien qui lui permettrait de rencontrer la légendaire Dame Verte, dont il est secrètement amoureux. Ses travaux attirent l’attention de son père, pourtant avare de compliments, de l’armée qui collabore avec l’institut et aussi d’espions industriels ! Pourra-t-il mener son projet à bout ?

Cet ouvrage semble peu épais, mais avec sa mise en page, j’ai été surprise de mettre plus de temps que je ne le pensais pour le finir. Oh, pas d’inquiétude, le style est très agréable, le texte est d’une belle fluidité, avec des phases simples, mais claires et efficaces. Non, c’est juste que le contenu de cette novella est plus dense qu’on ne pourrait le croire de prime abord.

Et pour en savoir plus sur cet article, c’est par ici.

Sortie de Les fantômes de la rue Paillot, de Catherine Loiseau

Nous avons le plaisir de vous annoncer la sortie de la novella gratuite, Les fantômes de la rue Paillot, de Catherine Loiseau. Elle est disponible en version numérique dans notre boutique.

Les fantômes de la rue Paillot est une nouvelle dans l’univers de Kerys. Elle se situe entre le tome 2, Ceux du dehors, et le tome 3, Celles dont le nom fait frémir.

Quatrième de couverture

Clément Delpierre, inspecteur parisien du cinquième arrondissement, est en alerte : de mystérieuses apparitions terrorisent les habitants de la rue Paillot.
S’agit-il vraiment de fantômes ou les Abominations sont-elles à l’œuvre ? Pour résoudre ce mystère, Clément aura besoin de toutes ses ressources, ainsi que de l’aide d’Abriel Dondelange.

Bonne lecture !

Monstress, avis de lecture

Un avis de lecture de Catherine Loiseau. Souvenez-vous : « autant de têtes, autant d’avis »

Cela fait un petit moment que ce comic me faisait de l’œil, j’en avais entendu parler sur le net et je l’avais feuilleté en librairie. J’ai eu le 1er tome à Noël et, dans la foulée, j’ai acheté le 2 et le 3. Autant vous dire que Monstress m’a plu.

Monstress se déroule dans un univers assez inspiré par l’Asie du début du XXe siècle (ambiance fantasy légèrement steampunk, voire science-fantasy). Dans ce monde, quatre races cohabitent difficilement : les chats, les humains, les anciens (sortes de déités mi-animales mi-humaines) et les arcaniques (hybrides humains et anciens).
Ces quatre races se sont affrontées, mais observent désormais une paix fragile suite à la destruction de la ville de Constantine dix ans auparavant. En effet, une arme puissance y a été activée, mais aucun des camps ne sait de quoi il s’agit et préfère donc rester sur ses gardes.

 

Pour lire la suite de cet article, c’est par ici.

Cité noire, avis de lecture

Un avis de lecture d’Andréa Deslacs. Souvenez-vous :  « autant de têtes, autant d’avis ». 

Il s’agit d’un premier roman de Charlotte Bona. La science-fiction n’est plus réservée aux auteurs masculins. Charlotte Bona apporte sa touche personnelle à ce genre, en basant son récit sur des personnages forts, en suivant une trame scénaristique solide et avec un fonds scientifique (sur le climat et les répercussions politiques et économiques) qui m’a impressionné. Il faut dire que je ne connais pas bien ce domaine, ni les organisations qui s’en occupent. On sent des recherches poussées dans le domaine.

Et pour en savoir plus sur cet article, c’est par ici.

Le meurtre du Commandeur, avis de lecture

Un avis de lecture d’Audrey Aragnou. Souvenez-vous :  « autant de têtes, autant d’avis ».

Une grotte, un homme dont le nom signifie « épargné par la couleur » , une clochette qui sonne la nuit sans que quiconque la fasse résonner, un homme sans visage qui exige qu’on exécute son portrait : l’univers de Murakami, dans Le meurtre du Commandeur est planté et nous embarque.

Abandonné par sa femme, le héros et narrateur, peintre et portraitiste, commence une errance étrange dans sa voiture, où peut-être ira-t-il « jusqu’à la lune », pour reprendre ses propres termes. Il finit par contacter un de ses amis qui lui prête la maison isolée de son père, en pleine montagne. Le père en question est peintre également, spécialiste d’une technique japonaise et en fin de vie, se trouve en maison de soins.

Et pour en savoir plus sur cet article, c’est par ici.

Julie Limoges vous parle du Soleil des hommes

Les cinq parties de l’interview de Julie Limoges portant sur son cycle, le Soleil des hommes, sont à présent disponibles !

— Un monde privé de lumière
— Les différentes villes
— Humains et Multins
— La technologie
— Les personnages

Retrouvez l’intégralité de l’interview sur cette page !

L’Étoile de Pandore, avis de lecture

Un avis de lecture d’Iphégore Ossenoire. Souvenez-vous :  « autant de têtes, autant d’avis ».

Les livres arrivent souvent sur ma table de chevet à force de recommandations. En l’espèce, j’avais manqué un auteur monumental de la science-fiction : Peter F. Hamilton. Je me suis donc lancé dans le cycle de l’Étoile de Pandore, dont la version française est éditée par Milady/Bragelonne.

Je ne me risquerai pas à résumer quatre tomes qui pèsent entre 700 et 800 pages chacun ; disons que l’humanité a colonisé de très nombreuses planètes après avoir inventé un portail qui permet de se rendre d’un endroit à l’autre de la galaxie en peu de temps grâce à un réseau de trains. Cette humanité, devenue immortelle par le clonage et la transplantation de mémoires, mène une mission d’exploration sur un système qui semble muré derrière une barrière colossale. Quand ils s’en approchent, la barrière cède et l’ennemi qui se trouve derrière est révélé. Il va alors chercher à conquérir la galaxie. L’humanité affrontera ce défi avec tous ses travers et paiera cher chacun de ses défauts.

Et pour en savoir plus sur cet article, c’est par ici.

Die with Style, avis de lecture

Un avis de lecture de Catherine Loiseau. Souvenez-vous : « autant de têtes, autant d’avis »

Résumé

Taylor remplace au pied levé une chanteuse de rock disparue sans crier gare, alors qu’une nouvelle menace, aux beaux yeux bleus et à l’accent so british, arrive en ville.

Mon avis

Comme pour le premier, j’ai découvert cet épisode sur Wattpad. J’en ai discuté avec Dorian, qui m’avait dit que j’allais être assez surprise, qu’il avait beaucoup changé. Effectivement, il a été pas mal retravaillé et en mieux.

À l’époque, je n’avais pas accroché à toutes les péripéties, certaines étaient tirées par les cheveux. Ici, ça s’enchaîne parfaitement, avec un joli « foreshadowing » comme disent les Anglais.
Le rythme est meilleur que pour le premier épisode, normal, les personnages sont présentés et on sent que l’histoire est lancée.

Pour lire la suite de cet article, c’est par ici.

L’éventreur de San Francisco, avis de lecture

Un avis de lecture de Catherine Loiseau. Souvenez-vous : « autant de têtes, autant d’avis »

Résumé

Un tueur en série sévit à San Francisco. Rien ne l’inquiète : ni la loi, ni les remords. Malheureusement pour lui, Taylor, une sorcière au passé trouble et au caractère de feu, décide de s’en mêler…

Mon avis

J’ai découvert cette série, et la plume de Dorian Lake, sur Wattpad, que je fréquentais alors assez assidûment. J’avais été séduite par les aventures de cette sorcière, que je retrouve donc en format papier chez Noir d’Absinthe.

On suit donc Taylor, jeune sorcière au passé trouble, qui vit à San Francisco. Autour d’elle gravite une galerie de personnages : sa cousine flic, son oncle ancien flic, déchu suite à une sombre affaire, Sienna, garçonne lesbienne qui a piqué l’intérêt de Taylor, Lionel, un mystérieux vampire.
J’ai retrouvé ce qui m’avait séduit sur Wattpad : une belle galerie de personnages. J’aime ce côté choral de l’œuvre et le fait qu’on suive plusieurs lignes narratives qui s’entrecroisent.

Pour lire la suite de cet article, c’est par ici.

Musiques d’Outre-mondes, avis de lecture

Un avis de lecture d’Andréa Deslacs. Souvenez-vous :  « autant de têtes, autant d’avis ». 

Le thème de la musique m’a toujours été cher, je donne souvent une belle place dans mes histoires à des peintres ou à des musiciens. J’écris en plus mes textes avec en arrière fond des compositions instrumentales. C’est donc avec plaisir que j’ai plongé dans la découverte de cette anthologie publiée aux éditions Arkuiris, à la superbe couverture.

* Le premier texte « Une voix pour l’éternité » de Stéphane Dovert nous présente un mélomane, possesseur de milliers de disques. L’homme vient d’acheter une autobiographie de Berlioz. Dans ses mémoires, le compositeur confie la fascination et la passion que lui procurait la voix d’une cantatrice de l’époque.

Et pour en savoir plus sur cet article, c’est par ici.

Thrawn, avis de lecture

Un avis de lecture d’Iphégore Ossenoire. Souvenez-vous :  « autant de têtes, autant d’avis ».

S’il est un auteur qui a empreint mon imaginaire d’une légende, c’est bien Timothy Zahn avec sa saga de Thrawn. Dans l’univers de Star Wars, après la victoire de l’Alliance, ce non-humain est à la tête de ce qui reste de l’armée impériale. De quoi poser question quand on sait celle-ci xénophobe conformément à la pensée de l’Empereur. Tout au plus savait-on que, dans la Bordure extérieure, la race des Chiss est à l’origine de légendes militaires où ce peuple est imbattable et cruel vis-à-vis de ses ennemis.

Et pour en savoir plus sur cet article, c’est par ici.

Dans l’ombre des miroirs, avis de lecture

Un avis de lecture d’Anna Combelles, amie des Hydres

L’HISTOIRE

Quand des assassins se mêlent de politique, ça part toujours en sucette…

MON AVIS

J’ai rencontré Marge avant la sortie du livre, lors d’une convention de grenouilles (oui, du site Cocyclics, je vous en ai déjà parlé…) et elle m’a raconté un peu ce roman et ces personnages, notamment de Néve.
Aussi, lorsque la sortie a été annoncée, aux éditions 1115, en février dernier, j’ai précommandé le livre. Je savais que je verrais Marge aux imaginales, je pensais le lire avant… sauf que je suis très très en retard sur mes lectures et articles. (Si ma muse m’entends, tu pourrais patienter un peu avant de m’envoyer d’autres idées ?)

ÉPÉE, CAPE, SANS MOUSQUETAIRES

Cette aventure fantasy surfe avec les codes des romans de cape et d’épée de notre cher A Dumas, ou encore de P Pevel, mais ajoute des êtres typiques de la fantasy, comme des orcs et autres monstres aux dents ou oreilles pointues.
Le résumé ne le laisse pas présager, les premiers chapitres non plus. Mais c’est amené avec un talent de conteuse, touche par touche. Ces bestioles prennent leur place sans perturber la narration, sans choquer le lecteur, contrairement à certains personnages qui les rencontrent de façon plutôt… percutante.

Leur présence est moindre, le livre se concentrant sur d’autres protagonistes. Les premiers rôles sont tenus par un assassin beau et talentueux, son ami mercenaire (ancien assassin) au cœur gros, un baron aussi à l’aise dans la haute société que dans les ruelles enténébrées, un roi manchot, et Néve, l’une des rares femmes de l’histoire.

Je ne cite pas les deuxièmes rôles, volontairement, mais vous avez déjà un aperçu de la richesse du livre, en termes de caractère.

Et pour en savoir plus sur cet article, c’est par ici.

La Trilogie Magister, avis de lecture

Un avis de lecture d’Andréa Deslacs. Souvenez-vous : « autant de têtes, autant d’avis ».

Le tome 1 Feast of souls nous plonge dans un univers de fantasy qui affronte des périodes difficiles d’existence pour ses populations.

L’héroïne, Kamala, a été vendue, enfant, par sa mère aux réseaux de prostitution pour quelques pièces. Kamala a pourtant un don en elle, un pouvoir de guérison, comme les sorcières. Les sorciers sont des humains qui peuvent en échange de leurs énergies vitales modifier objet ou améliorer la santé d’autrui. Cependant, ce prix est lourd, voire mortel.
Mais ce n’est pas cette puissance-là que Kamala ambitionne. Si elle échappe à sa vie dans les rues et part trouver un maître, c’est qu’elle veut devenir Magister. La première femme de ce clan très fermé, dont les membres sont rares, d’autant que peu d’apprentis survivent à l’initiation. De toute façon, une femme ne peut pas être Magister, les femmes sont trop douces et trop faibles pour aller jusqu’au bout de la compromission qu’il faut atteindre pour parvenir à l’immortalité !

Et pour en savoir plus sur cet article, c’est par ici.

La Justice…, avis de lecture

Un avis de lecture de Catherine Loiseau. Souvenez-vous : « autant de têtes, autant d’avis ».

Les éditions Arkuiris proposent, au travers de seize nouvelles, une anthologie sur la justice. Qu’elle soit divine, humaine, ou robotique, qu’elle vise à défendre les innocents ou au contraire, protéger les puissants, qu’elle soit juste ou qu’elle se fourvoie, découvrons donc comment les auteurs la voient.

Ugo Bellagamba, Le Cœur et la plume 
Nouvelle assez douce et mélancolique qui ouvre le recueil, le thème est la justice de Mât, selon les Égyptiens, et un vieil homme fait le point sur ce qu’a été sa vie. C’est une bonne entrée en matière, je trouve.

Alain Rozembaum, La face obscure de Mercure 
J’ai beaucoup aimé l’univers SF et la représentation de la justice comme une force absurde, le texte m’a paru par contre un peu trop court pour utiliser au max son concept.

Et pour en savoir plus sur cet article, c’est par ici.

Locke and Key, avis de lecture

Un avis de lecture de Catherine Loiseau. Souvenez-vous : « autant de têtes, autant d’avis ».

Locke and Key est une série de comics en 6 volumes, écrite par Joe Hill et dessinée par Gabriel Rodriguez. Elle se déroule dans la ville fictionnelle de Lovecraft, dans le Massachusetts. On y suit les aventures de Tyler, Kinsey et Bode, et leur mère Nina Locke, qui reviennent dans Keyhouse, la maison familiale de Lovecraft, suite au meurtre de leur père aux mains d’un déséquilibré.
La maison est immense et étrange, et rapidement, Bode découvre d’étranges clés, qui chacune détiennent un pouvoir. À l’insu de son frère et de sa sœur, il se lie aussi d’amitié avec une mystérieuse femme en noir qui habite au fond du puits de la maison…

Et pour en savoir plus sur cet article, c’est par ici.

Sortie de Ceux du dehors , de Catherine Loiseau

Nous avons le plaisir de vous annoncer la sortie du deuxième tome de la série Kerys, Ceux du dehors, de Catherine Loiseau. Il est disponible en versions papier et numérique dans notre boutique.

Voici la quatrième de couverture de ce deuxième tome :

Plus de six mois ont passé depuis la victoire des humains sur les Abominations et la clôture de toutes les failles.

Kerys goûte la paix retrouvée ; Honoré Rocheclaire et Artémise Bouquet convolent en justes noces. La fête sera courte : le moment est venu de secourir Érika Zhaan, retenue prisonnière dans une faille à proximité de Sainte-Victoire. Au cours de leur incursion en territoire ennemi, les mercuriens découvrent l’ampleur de la menace. Les Abominations n’ont pas décidé de passer leur chemin, au contraire, elles semblent avoir trouvé un appui inattendu chez certains humains : les individualistes. Ces nouveaux alliés semblent avoir pour but d’abattre à la fois le gouvernement et les brigades du mercure.

Face à ces menaces, Honoré, Artémise, Erika et les mercuriens vont devoir rivaliser d’ingéniosité et courage…

Bonne lecture !

Sortie de De plumes et de cendres, d’Andréa Deslacs

Nous sommes heureux de vous annoncer la sortie du deuxième arc de la série Heaven Forest, Les Autres de Darkwood, avec De plumes et de cendres, disponible en versions papier et numérique dans notre boutique.

Voici la quatrième de couverture de ce premier tome :

Le Cerf est mort, vive le Cerf !

Ce n’est un secret pour personne : ces derniers temps, le Cerf n’a plus vraiment la tête sur les épaules. Quelle solution la Grande Forêt va-t-elle trouver, le temps de découvrir un successeur, bon œil bon pied, pour porter sa voix ?

Entre la tragique disparition de Monsieur, l’installation des nouveaux précepteurs, les dernières lubies de Lisbeth, la venue à l’aube de l’inspecteur Rhys Overlake, le retour du Dragon à Darkwood, toute la maison des Other est en émoi. Et dire que demain est jour de cendres et de pleurs…

Les Sanctifiés et les Sacrifiés ne comptent pas laisser les Anges profiter du chaos qui s’abat sur la ville. Seulement, qui aura la main sur la situation ? Que cela soit près des ateliers sur les canaux ou dans l’un des quartiers bourgeois de la ville, au coin d’une rue du centre ou dans une maison d’artiste, ni le gang du Léviathan ni le clan des elfes de Kaya ne comptent laisser des plumes dans cette histoire.

C’est que depuis la mort d’Else Other, l’ombre des Autres plane sur Heaven Forest…

Bonne découverte !

Le tour de l’univers en 10 puissance – 43 seconde, avis de lecture

Un avis de lecture d’Anna Combelles, amie des Hydres

Taxi ! Taxi, emmène-nous dans l’univers… Voilà une des scènes décalées de ce roman SF humoristique : le Tour de l’univers en 10 puissance -43 seconde de Manu Breysse.

Quatrième de couverture :

Sareth est Pharaon sur une planète perdue a l’extrémité d’un bras de la Voie lactée. Alors qu’il y fait régner un despotisme pur et dur, il est accidentellement téléporte au centre de la galaxie. Perdu, désempare, incrédule, Sareth va se réfugier dans la plus célèbre bibliothèque de la ville pour tenter de comprendre ce qui lui arrive. Mais sur le point de découvrir le sens de la vie, celui-ci disparaît sous ses yeux…
Venez découvrir Sareth et ses compagnons dans leur folle quête pour trouver le sens de la vie ! Quête contre laquelle l’univers lui-même semble les mettre en garde ! Vers a strablot, méduses galactiques, créatures pandimensionnelles, humains… C’est accompagne d’un alcoolique, de son psy et de la fille en pleine crise d’adolescence de ce dernier que Sareth va affronter les dangers d’un univers affligeant d’absurdités, et qui n’a d’autre but que de faire de la vie une chose rare et précieuse ! »

Et pour en savoir plus sur cet article, c’est par ici.

Catherine Loiseau vous parle de Kerys : Les Abominations

Chaque mois, un auteur d’Hydralune vous parle d’une de ses œuvres.
Aujourd’hui, Catherine Loiseau vous parle de Kerys et des terribles créatures qui l’attaquent : les Abominations…

— Les Abominations

J’adore Lovecraft, c’est l’un de mes auteurs préférés, et le bestiaire de Ceux du mercure lui rend clairement hommage.

Les Amorphes sont inspirés des Shoggoths, qui apparaissent notamment dans les Montagnes hallucinées.

https://www.pinterest.fr/pin/475763148105720433/

Les Pantins me sont venus après avoir vu des illustrations de JDR dépeignant Hastur, vêtu de haillons jaunes.

https://www.pinterest.fr/pin/475763148105802380/

Et pour en savoir plus sur cet article, c’est par ici.

Le magasin des suicides, avis de lecture

Un avis de lecture d’Iphégore Ossenoire. Souvenez-vous : « autant de têtes, autant d’avis ».

On m’a dit : « c’est génial, je l’ai lu d’une traite ! » J’en ai déduit que ce serait écrit très simplement, et que ce serait l’occasion d’une pause dans la plume recherchée, celle qui touille notre langue pour en extraire un jus savoureux. Que voulez-vous, on ne se refait pas !

Le Magasin des suicides est un lieu tenu depuis des générations par la même famille. Vous n’y trouverez que des articles de qualité pour ne pas manquer votre dernier coup. Mais voilà, sur un préservatif poreux, le troisième enfant s’en vient, et il est raté : Alan est d’une heureuse et indéfectible innocence. Son frère est en proie à des migraines permanentes et tiendrait sans effort un rôle de tueur en série au hachoir ; sa sœur ne supporte pas sa propre apparence et aimerait bien se suicider, mais c’est impossible dans cette famille, car qui servirait alors les clients ?

Et pour en savoir plus sur cet article, c’est par ici.

Les bulles du diable, avis de lecture

Un avis de lecture d’Anna Combelles, amie des Hydres

Et si une vie extra-terrestre apparaissait demain, sous la forme de grosses boules bleues, comment réagiriez-vous ? C’est l’une des questions posées par Yann Quero dans ce roman (jeunesse) SF : Les bulles du diable.

Quatrième de couverture :

Au XXIe siècle, des boules bleues de la taille d’un terrain de football sont apparues à la surface de la Terre. D’origine inconnue, elles sont demeurées inertes, tout en étant protégées par un champ de force détruisant ce qui s’en approchait.
Des années plus tard, ces « Bulles du Diable » sont considérées comme les responsables de l’effondrement mondial. C’est du moins ce que pensent les survivants aux États-Unis : communautés rurales, extrémistes religieux, reliquats de l’armée, tribus indiennes…
Suite à la destruction de la bourgade où il vivait près de l’ancienne cité de Las Vegas, le jeune Tim âgé de quinze ans est obligé de traverser l’Amérique avec sa mère et son demi-frère…

Et pour en savoir plus sur cet article, c’est par ici.

Julie Limoges vous parle du Soleil des hommes : Les différentes villes

Chaque mois, un auteur d’Hydralune vous parle d’une de ses œuvres.
Aujourd’hui, Julie Limoges vous parle du Soleil des hommes et de son univers !

— Les différentes villes

Le tome 1 et 2 se déroulant sur quatre cycles (30 heures par cycle), la zone géographique couverte reste assez restreinte, bien que de multiples contrées et cités soient évoquées par les protagonistes. Les principaux lieux de l’histoire sont au nombre de trois.

Ainsi, le récit commence dans la ville de Moor, ou dans ses ruines, la ville ayant été rasée durant la dernière guerre. Le commerce n’ayant jamais repris entre les Régions et les Duchés, seule l’auberge a été aménagée afin de soulager les quelques voyageurs qui se risquent encore à passer la frontière… ainsi que pour soutirer une partie des bénéfices de la contrebande. Ici, on croise autant de Multins que d’Humains, réunis au centre d’une ancienne écurie de yacks reconvertie en arène clandestine. Voleurs, bandits, mercenaires, assassins, apatrides, parias s’y mélangent. Il s’agit d’un lieu où personne d’honnête ne mettrait un pied. Une poudrière.

Et pour en savoir plus sur cet article, c’est par ici.

La cité des livres qui rêvent, avis de lecture

Un avis de lecture de Catherine Loiseau. Souvenez-vous : « autant de têtes, autant d’avis ».

Résumé :
« Ici commence l’histoire. Elle raconte comment je suis entré en possession du “Livre sanglant”, comment j’ai atteint l’Orm. Cette histoire n’est pas destinée aux lecteurs au cuir tendre et aux nerfs fragiles – à qui je recommande d’emblée de reposer cet ouvrage. (…)
Oui, je parle d’un pays où la lecture peut rendre fou. Où les livres risquent de blesser, d’empoisonner, et même de tuer. Seul celui qui est prêt à accepter le risque de me lire, à mettre sa vie en jeu pour avoir sa part de mon histoire, doit me suivre jusqu’au prochain paragraphe. (…)
Mais ne perdons plus de temps et entamons notre périple. Car il s’agit bien d’un voyage qui nous mènera à Bouquinbourg, la Cité des “livres qui rêvent”. »
Le récit fantastique, onirique et horrifique d’Hildegunst Taillemythes, jeune dragon et poète qui bravera tous les dangers des catacombes de Bouquinbourg, hantée par le Roi des ombres, pour retrouver l’auteur du manuscrit « parfait ».

Une amie fan de littérature et surtout de fantasy m’a, il y a quelque temps, fourré ce livre entre les mains en me disant « tiens, il faut absolument que tu lises ça ». J’ai donc obéi, et je n’ai pas regretté ma lecture. !

Et pour en savoir plus sur cet article, c’est par ici.